Présentation du projet

Sepulcra Africana est un projet de recherche pédagogique conduit par Catherine Baroin (professeur des universités en littérature latine et civilisation romaine) et Benoît Roux (ingénieur d’études et historien) dans le cadre de l’UE « Développement et suivi de projet numérique » du Master Humanités numériques (parcours Humanités et Médiation numérique) de l’Université de Rouen Normandie.

Ce projet, qui a débuté au cours de l’année universitaire 2022-2023, ambitionne de présenter, de traduire et de commenter brièvement un corpus d’inscriptions funéraires latines d’Afrique romaine du Ier au Ve siècle apr. J.-C. autour de la notion de pudicitia et des vertus, principalement féminines, qui lui sont associées au sein de la société romaine d’Afrique du Nord.

Si nous nous sommes intéressés à l’Afrique romaine, c’est notamment parce qu’il existe plusieurs études facilement accessibles, même à des non latinistes, sur les inscriptions de cette région, en particulier les travaux dirigés par Christine Hamdoune ainsi que le livre de Leïla Ladjimi Sebaï, La femme en Afrique à l’époque romaine (à partir de la documentation épigraphique), Tunis, 2011 : voir Références), qui souligne que, parmi les vertus attribuées par les épitaphes à la matrona d’Afrique romaine, la pudicitia semble être la plus importante (p. 137). Rappelons très rapidement que, dans le monde romain antique, Pudicitia était une divinité, qui recevait un culte.

Nous sommes partis de la base de données Clauss-Slaby (https://db.edcs.eu/epigr/hinweise/hinweis-en.html) pour recenser les inscriptions d’Afrique romaine contenant le nom pudicitia, l’adjectif pudicus ou l’adverbe pudice. Nous n’avons pas gardé les plus lacunaires d’entre elles. Cependant, toutes celles qui nous semblent présenter un intérêt pour le lecteur moderne ne figurent pas encore sur ce carnet, qui vise à être complété. Nous envisageons aussi d’y présenter quelques inscriptions qui utilisent ce lexique, mais qui ne sont pas des épitaphes.

Nous avons choisi de présenter les inscriptions telles qu’elles apparaissent sur la pierre — et dans le CIL (Corpus des inscriptions latines), dont des reproductions figurent ici —, pour mieux montrer aux lecteurs qui ne sont pas familiers des documents épigraphiques la “découpe” souvent curieuse des mots. Chaque inscription est accompagnée d’une illustration quand on en dispose, des indications les plus précises possibles sur ses caractéristiques et sa localisation, d’un rapide commentaire et d’une liste de liens qui permettent d’en approfondir l’étude. Notre idée était de rendre accessible sur une même page les liens vers les bases de données et les publications consacrées à telle ou telle inscription.

Sepulcra Africana propose ainsi une mise en relation de données issues de différentes ressources numériques (Année épigraphique, EDCS, SIRAR…) et traduit l’effort de croisement des sources littéraires et de l’outil numérique développé au sein du parcours Humanités et Médiation numérique.

Ce carnet a été pensé comme un support de travail et de réflexion pour les étudiants et étudiantes. Le travail qu’ils et elles ont entrepris au premier semestre 2022-2023 a été prolongé par l’un d’eux, Gauthier Germain, qui a fait son stage de Master auprès de Benoît Roux. Il a accompli un excellent travail de remise en forme des notices et de la bibliographie et a ajouté autant de liens hypertextes que possible. Qu’il en soit de nouveau remercié. Le travail a été poursuivi par les étudiants et étudiantes de la promotion 2023-2024. Là encore, l’étude des inscriptions, avec la mise en place de renvois à des bases de données, à des ouvrages et des articles en ligne, la liste des références (bibliographie et sitographie), la carte ont été complétées et mises au point par Santiago Priolo Villegas, l’un des étudiants, dans le cadre de son stage de Master effectué auprès de Benoît Roux. Qu’il trouve ici l’expression de notre reconnaissance pour la qualité de son travail, pour son énergie et pour ses propositions !

L’an dernier, nous avons aussi remercié pour leur aide Pierre Cosme, professeur d’Histoire romaine à l’Université de Rouen, pour avoir bien voulu nous éclairer sur certaines inscriptions, et Claude Briand-Ponsart, maître de conférences émérite en Histoire ancienne, qui a enseigné elle aussi à l’Université de Rouen Normandie et qui nous a fait parvenir son article sur la frugalitas dans les inscriptions d’Afrique romaine (voir Références).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search